vendredi 30 novembre 2012

Se libérer des obsessions et des dépendances : un enseignement d'Ajahn Brahmavaso

"Voici un sujet dont je n’ai pas parlé depuis longtemps : comment, dans le bouddhisme, gérons-nous les obsessions et les dépendances ? Quels sont les moyens habiles pour les surmonter et nous en libérer ? Le bouddhisme a des méthodes très efficaces pour nous apprendre à entraîner l’esprit et nous permettre de le libérer des « pollutions » qui l’obscurcissent et qui ne créent aucun bonheur — ni pour nous ni pour les autres.
Je ne parle pas que de la cigarette ou de l’alcool mais aussi de la manière dont nous parlons à ceux que nous aimons, de notre comportement dans notre famille ou au travail, et même de nos schémas habituels de pensée. Certains de nos comportements obsessionnels peuvent causer beaucoup de souffrance aux autres et cela mérite de chercher une solution et d’apprendre à les gérer pour devenir quelqu’un qui est en paix avec lui-même, qui vit dans la joie et qui a peu de problèmes — et non quelqu’un qui crée des problèmes aux autres —, pour devenir bon envers soi et envers les autres. La fin du chemin, c’est quand nous trouvons le moyen de nous libérer de nos obsessions et de nos dépendances." ....

Pour lire la suite, cliquez ici.

mardi 27 novembre 2012

Six Nouveaux Soutras en ligne

Dans la page "Les Enseignements du Bouddha" vous trouverez les 5 soutras du Majjhimapannâsa / Gahapati Vagga et le soutra Chanda.


Bonne lecture et approfondissement de la compréhension du Dharma !

vendredi 23 novembre 2012

Témoignage d'un praticien sur l'impact des chants d'Imee Ooi (en vente exclusive en France sur ce blog)

Eric Delafontaine, Praticien de Médecine Traditionnelle Chinoise, nous fait partager son expérience des chants d'Imee Ooi :

" Je souhaite par cet article vous donner envie de découvrir une musique à l’énergie extraordinaire qui depuis quelques mois m’accompagne dans ma pratique aussi bien spirituelle que professionnelle.

Je l’ai découverte l’année dernière, grâce à l’une de mes patientes qui m’a offert pour me remercier un cd du mantra du Bouddha Médecine ! C’est une prière chantée et mise en musique....."

Pour lire la suite, cliquez ici.

samedi 17 novembre 2012

Le Son du Silence par Ajahn Sumedho

"Dans la vie quotidienne ordinaire, le silence est quelque chose qui n’intéresse personne.

On considère plus important de réfléchir, de créer, de faire des choses — autrement dit, de «remplir» le silence. En général nous écoutons un son, de la musique, des paroles mais pensons que dans le silence il n’y a rien à écouter. Quand personne ne sait quoi dire dans une réunion, les gens sont gênés, le silence met mal à l’aise.

Pourtant des concepts comme le silence et la vacuité nous montrent une direction à suivre, une chose à observer, car la vie moderne a fait éclater le silence et démolir l’espace. Nous avons créé une société dans laquelle nous sommes sans cesse actifs, nous ne savons pas nous reposer, nous détendre, ni même simplement être. Notre vie est bousculée, notre cerveau brillant s’ingénie à trouver des moyens de nous faciliter la vie et pourtant nous sommes toujours épuisés. Des gadgets sont censés nous faire gagner du temps, nous permettent de tout faire en appuyant simplement sur un bouton, les tâches ennuyeuses sont confiées à des robots et des machines — mais que faisons-nous du temps ainsi gagné?

Il semble que nous ayons toujours besoin de faire quelque chose, de nous agiter, de remplir le silence de bruit et l’espace de formes. La société met l’accent sur le fait d’avoir une vraie personnalité, d’être quelqu’un capable de prouver sa valeur. C’est la course au plus fort, le cycle incessant qui nous stresse. Quand nous sommes jeunes et que nous avons beaucoup d’énergie, nous apprécions les plaisirs de la jeunesse comme la bonne santé, l’amour, l’aventure etc. Mais tout peut s’arrêter d’un jour à l’autre, du fait d’un accident ou si nous perdons un être particulièrement cher. Ce qui nous arrive alors peut faire que tous les plaisirs des sens, la bonne santé, la vigueur, la beauté, la personnalité, l’admiration des autres, ne nous procurent plus aucun plaisir. Nous pouvons aussi devenir amers parce que nous n’avons pas atteint le degré de plaisir et de succès que, selon nous, la vie aurait dû nous accorder. Alors il faudra sans cesse faire nos preuves, être « quelqu’un » et obéir à toutes les exigences de notre personnalité.

La personnalité est conditionnée par le mental. Nous ne sommes pas nés avec une personnalité. Pour devenir une personnalité nous avons dû réfléchir et nous concevoir comme étant quelqu’un  Quelqu’un de bon ou de mauvais ou un mélange de toutes sortes de choses. La personnalité est basée sur la mémoire, sur la capacité à se souvenir de notre histoire, d’avoir une opinion sur nous-mêmes — nous nous trouvons beau ou laid, aimable ou pas, intelligent ou idiot — et ce regard peut changer selon les situations. Par contre, en développant l’esprit contemplatif, nous pouvons voir au-delà de ces images. Nous faisons l’expérience de l’esprit originel, de la conscience avant qu’elle soit conditionnée par la perception. "

Pour lire la suite, cliquez ici.

mardi 13 novembre 2012

Samedi 17 novembre : Enseignement de Sangyéla à la Pagode


Guéshé Tsultrim Sangye, moine bouddhiste tibétain, lignée gelugpa, disciple de Gosok Rinpoché, donnera un enseignement samedi 17 novembre à la Pagode à 17 heures sur :

"Ce que la voie bouddhique nous enseigne pour guérir le corps et éliminer les souffrances mentales"



dimanche 11 novembre 2012

Ajahn Chah : La Clé de la Libération

"Dans le Bouddhisme, la première raison pour laquelle nous étudions le Dhamma (la Vérité) est trouver le moyen de transcender la souffrance et atteindre la paix. Que vous étudiiez les phénomènes physiques ou mentaux, la citta (esprit ou conscience) ou les cetasika (facteurs mentaux), ce n’est que lorsque vous prenez la libération de la souffrance comme votre but ultime, plutôt que n’importe quoi d’autre, que vous serez en train de pratiquer de la façon correcte."

Pour lire la suite, cliquez ici.

samedi 10 novembre 2012

Le précieux corps humain et les conseils pratiques pour bien démarrer la journée d'Eric Delafontaine

"Cette existence est dite précieuse, parce qu'elle est la base de la réalisation spirituelle. À partir d'elle, il est possible d'arriver à l'éveil, à l'état de bouddha. Précieuse est elle encore par son extrême rareté, comparable à celle des étoiles en plein jour." Kalou Rinpotché

Afin de prendre soin de notre précieux véhicule vers l'Eveil, Voie Eveillée du Coeur accueille un nouvel invité : Eric Delafontaine, praticien de médecine traditionnelle chinoise et aromathérapeute. Sur son blog, au fur et à mesure, "il proposera un ensemble de techniques simples conçues spécialement pour vous qui avez l’ambition de trouver la Force, l’Energie et l’Amour en vous et d’en remplir Votre Vie".

jeudi 8 novembre 2012

L’attitude bouddhiste face à la douleur par Ajahn Brahmavamso

..."Le Bouddha dit que la douleur a deux aspects : l’un qui est physique et auquel on ne peut pas grand-chose ; et l’autre qui est mental et sur lequel on peut agir. Or c’est l’aspect mental qui est le plus important." ...

..."Les gens qui ont le cancer se sentent coupables, ils ont l’impression d’avoir commis une faute. Comment se fait-il que nous nous sentions coupables des douleurs et des maladies que nous rencontrons dans la vie ? C’est une souffrance mentale qui vient s’ajouter à ce qui arrive tout naturellement. Vous pouvez toujours manger du riz complet, méditer régulièrement, faire de l’exercice ou ne manger que des légumes, mais vous n’échapperez peut-être pas au cancer et certainement pas à la mort ! "...

..."je vous demande de ne pas dire à votre médecin : « Il y a quelque chose qui ne va pas : j’ai une douleur ici / je me sens malade ». Dites-lui plutôt : « Tout est normal, je suis encore malade. » (Rires) Quand vous avez un comportement négatif vis-à-vis de la douleur, vous ne faites que l’empirer. Dites-vous qu’il est normal d’être malade, qu’il est normal d’avoir le cancer, qu’il est normal que les gens meurent, qu’il est normal d’avoir des douleurs de temps en temps. Ne pensez pas que c’est anormal, ne pensez pas que c’est une erreur, ne pensez pas que c’est mal. Acceptez mentalement cet aspect de la vie et vous pourrez lui faire face et apprendre à le gérer.
L’une des manières de gérer les problèmes consiste à utiliser la base même de la méditation : la conscience du moment présent. Quand vous faites face à la douleur, vous voyez les problèmes et vous constatez aussitôt combien la peur du mental concerne le futur : « Je ne peux pas rester ainsi plus longtemps. »...

..."Pour vraiment s’abandonner, il faut pouvoir dire quelque chose comme : « Douleur, tu peux rester ici pour toujours, si tu veux » — et bien en comprendre le sens. « Tu peux même t’aggraver si tu le désires, la porte de mon cœur t’est complètement ouverte quoi que tu fasses. Tu peux rester, empirer … je t’accueille. » C’est une chose très difficile à faire, qui demande beaucoup de courage et même de la compassion — de la compassion envers la douleur, pour accueillir la douleur en réalisant qu’elle fait partie de la vie."...

Pour lire l'intégralité de l'enseignement, cliquez ici.

mercredi 7 novembre 2012

"Le Traité du Milieu de Nagarjuna et La Doctrine de la Vacuité" par Trinh Khai

"Le Traité du Milieu de Nagarjuna est une philosophie bouddhique du plus haut niveau très peu connue en France et même dans le milieu des pratiquants et croyants bouddhistes. Se basant principalement sur la Doctrine de la Vacuité du Bouddha comme la Relativité Universelle, l’Instantanéité Universelle, les deux Vérités Conventionnelle et Absolue,... il devint en effet le créateur de la branche bouddhiste Mahayana, et était aussi le fondateur des deux méditations : le Ch’an chinois (Lin-Tsi) et le Zen japonais (Dôgen). Le sujet que j’aimerais vouloir vous présenter est immense, particulièrement intéressant pour les joies de la connaissance désintéressée."

Trinh  Khai.

Le Traité du Milieu de Nagarjuna et La Doctrine de la Vacuité — Par Trinh Khai (1/2)
Le Traité du Milieu de Nagarjuna et La Doctrine de la Vacuité — Par Trinh Khai (2/2)

Pour lire directement les versets du Milieu de Nagarjuna et vous faire votre propre idée, un de nos sites préférés, Fleurs du Dharma, nous les offre : cliquez ici.

mardi 6 novembre 2012

Pratiquer le Satipatthana Sutta : les 4 Etablissements de l'Attention

Pour ceux qui veulent pratiquer Vipassana sur la base du soutra des Quatre Etablissements de l'Attention (corps, sensations, mental, objets mentaux), vous trouverez ci-dessous :



Pour vous aider dans la méditation Satipatthana, dans l'établissement du corps, partie " 4 grands éléments", voici des précisions sur les 4 éléments et les parties du corps selon "Le Chemin de la Pureté" de Buddhaghosa  (éléments prédominants de la partie du corps qui contient aussi les 3 autres éléments):
  • Elément Terre (solidité, fermeté, dureté) : cheveux, poils, ongles, dents, peau, chair, ligaments, os,moelle osseuse, reins, coeur, foie, membranes, rate, poumons, tube disgestif, attaches du tube digestif, contenu de l'estomac, fécès, cervelle
  • Elément Eau (cohésion, fluidité) : bile, flegme, pus, sang, sueur, graisse, larmes,sébum, salive, morve, synovie, urine
  • Elément Feu (mûrissement et chaleur) : température, vieillissement, sensation de brûlure, digestion
  • Elément Air (soutien et mouvement) : souffles montants, souffles descendants, souffles abdominaux, souffles intestinaux, souffles des membres, inspir-expir

lundi 5 novembre 2012

"Bouddha n'était pas un bouddhiste" : une explication claire sur l'aspect religieux ou non du bouddhisme

Dzogchen Ponlop Rinpoche explique de manière simple et limpide en quoi le bouddhisme n'est pas une religion et comment on en fait une religion.

"Si nous voulons être libres de la souffrance que nous infligeons à nous-mêmes et à autrui – en d’autres termes, si nous voulons être heureux – alors nous devons apprendre à penser par nous-mêmes. Nous devons être responsables de nous et examiner tout ce qui se proclame vérité. C’est ce que le Bouddha a fait il y a bien longtemps pour se libérer de ses doutes inassouvis et persistants à propos de ce qu’il avait entendu, jour après jour, de ses parents, professeurs et des prêtres du palais."

Pour lire la suite, cliquez ici.

samedi 3 novembre 2012

Alexandre Jollien : l'invité des émissions "Le Grand Entretien" et "Les Racines du Ciel"

Alexandre Jollien, dont nous vous avons déjà parlé à propos de son dernier livre "Petit traité de l'abandon", a été l'invité de :

"Cette personne est d'une sagesse remarquable !" dixit Marie-Laure M.
"Indispensable " dixit Chan Phap Khi

Si cela vous dit d'écouter à votre tour, cliquez sur les liens.

vendredi 2 novembre 2012

La page "Enseignements du Bouddha" s'enrichit de 5 soutras du Canon Pali

Dans la 2ème corbeille du Tipitaka : Sutta Pitaka, partie Dīgha Nikāya, vous trouverez 5 nouveaux soutras :

jeudi 1 novembre 2012

Petit traité de l'abandon : la leçon de vie d'Alexandre Jollien

"Le petit traité de l'abandon" n'a de petit que son titre, car son contenu est aussi vaste que la vie elle même, lorsqu'on s'attache à le mettre en pratique. Apprendre à devenir "nu" et "vrai" à soi-même et aux autres, voilà qui va droit à notre coeur et nous met au coeur de la vie véritable.

Vous dégustez aussi la pharmacopée d'Alexandre, comme remède à nos maux existentiels et outils de transformation au quotidien (à retrouver aussi sur la page "boîte à outils du Bonheur").

Pour en savoir plus, cliquez ici.