jeudi 31 janvier 2013

Éliminer la fatigue de l'hiver en fortifiant vos reins

Notre invité, Eric Delafontaine vous explique comment faire : 

En médecine chinoise, l’énergie des Reins constitue les fondations du corps physique, celles sur lesquelles tout le reste s’appuie. Il est indispensable que l’énergie de vos Reins soit forte et équilibrée sinon tout le reste de votre corps demeurera fragile. Et même si vous forcez, comme je l’ai souvent fait, sur toutes vos autres énergies qu’elles soient physiques ou mentales pour tenter de compenser, la véritable puissance de votre corps vous échappera continuellement !!!




Si l’énergie de vos Reins est déficiente :
  • vous avez du mal à vous tenir droit ou alors vous compensez en vous raidissant un maximum,
  • vous ressentez le poids du monde ou des responsabilités peser lourdement sur vos épaules et vous ressentez tout le bas de votre corps faible et douloureux en particulier votre zone lombaire et vos jambes,
  • votre système urinaire manque de tonus et votre sexualité également. L’énergie des Reins, c’est l’énergie sexuelle !!!
  • vous manquez de force, de volonté, d’entrain, de mémoire, etc…
Pour lire la suite, cliquez-ici.

mercredi 30 janvier 2013

Nouvelle rubrique : les chants du village des pruniers

Dans la page "Sangha Gouttes de Soleil à St-Fiacre", vous trouverez un nouveau paragraphe avec plusieurs chants du village des pruniers (en vidéo, audio et textes à imprimer).
Cliquez ici.


lundi 28 janvier 2013

Samedi 16 février : cours de Dharma appronfondi à la Pagode Van Hanh

Le Vénérable Thích Nguyên Hùng donnera le cours mensuel de Dharma approfondi  le samedi 16 février 2013 à 15h

Sujet : Les 30 stances sur la nature de la conscience (psychologie bouddhiste)

Pour ceux qui veulent avoir un avant gôut du sujet, vous pouvez lire le livre de Thich Nhat Hanh "Pour une métamorphose de l'esprit"

Pour plus d'informations sur la pagode, cliquez ici.

vendredi 25 janvier 2013

Les 4 accords toltèques et le bouddhisme : 3ème accord

Voie Eveillée du Coeur a récemment lu le livre "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz aux Editions Jouvence (poche), et a été frappée par la proximité avec la vision bouddhiste.

Voici les rapprochements trouvés : 
(Nb: nous nous appuyons sur le résumé des 4 accords toltèques fait par le site "se changer soi")

Troisième accord Toltèque : Ne faites pas de suppositions

Prendre les choses de manière personnelle, après avoir fait des suppositions, nous amène à créer du poison personnel, qu'ensuite nous essaimons autour de nous. C'est notre peur qui nous entraîne à ne pas poser de questions, à ne pas vérifier les pensées qui germent en nous, et nous finissons par les croire au point de condamner les personnes pour des intentions qu'elles n'ont jamais eues, en les rendant responsables de nos problèmes.
Avec nos croyances et nos jugements nous interprétons tout de travers et adaptons nos points de vue à ce qui nous arrange bien (en apparence). Et nous avons l'imagination fertile. Nous voulons les réponses aux milliers de questions que nous nous posons, mais la peur nous paralyse et nous empêche de les exprimer, alors nous imaginons les réponses pour nous rassurer. Dans nos relations, nous imaginons que les autres pensent, ressentent, fonctionnent comme nous, et à chaque fois que cela s'avère faux, nous leur en voulons. Nous les aimons, non pas comme ils sont, mais comme nous voudrions qu'ils soient, en nous mentant sur la réalité. Et nous imaginons également qu'ils nous jugent comme nous jugeons, et c'est cela qui crée le cercle vicieux en nous empêchant d'aller vérifier. Pire encore, nous supposons sur nous-même.
Tant que nous restons dans la croyance que l'autre fonctionne comme nous, tout baigne. Quand la vérité commence à nous apparaître, nous décidons de « le » changer. Il serait plus simple de nouer des relations avec des gens qui dès le départ nous conviennent.
Arrêter de faire des suppositions permet des relations et une communication saine, plus libre, et libérée de tout conflit inutile sur les intentions prêtées à l'autre. Il s'agit d'un travail de prise de conscience du mode de fonctionnement, et ensuite d'un exercice long à poursuivre pour obtenir au bout du compte une gestion positive de notre vie.

Le point de vue bouddhiste sur  le troisième accord toltèque

Vivre dans l'instant présent (par Ajahn Sumedho)
L’avenir semble contenir d’infinies possibilités. Pourtant, l’avenir n'est que spéculation, c’est ce que nous ne savons pas.Nous voyons que l’élément temps est une illusion : le passé n’est qu’un souvenir qui apparaît dans le présent.
Nous constatons que cette conscience est la connaissance. La connaissance est maintenant, dans l’ici et maintenant.
Nous commençons ainsi à reconnaître les choses telles qu'elles sont réellement au lieu d'imaginer l’avenir selon notre conditionnement. Nous avons l'habitude de nous voir en fonction de notre passé, de notre histoire. Mais en termes de réalité, il n’y a aucune continuité dans cette personnalité. Il en est de même de notre façon de percevoir les autres (en italique : commentaire de Voie Eveillée du Coeur).
Mais la mémoire donne l’impression d’une continuité, comme si j’étais aujourd’hui la même personne que cet enfant né en 1934 et qui a vieilli. C’est pourquoi, quand nous nous accrochons à ces perceptions, nous avons un sentiment de continuité, le sentiment qu’il existe une personnalité, que nous sommes quelqu’un de permanent, né il y a tant d’années et assis ici aujourd’hui. Mais ces souvenirs apparaissent dans le présent et cessent dans le présent. 

C’est ce que nous remarquons : tous les phénomènes conditionnés ont la caractéristique du changement : ils apparaissent puis disparaissent. Ce dont nous devons être conscients, c’est de l'impermanence des phénomènes plutôt que nous accrocher à leurs qualités. De même que nos perceptions changent continuellement : un jour j'aime cette personne, un autre jour je la déteste. 

D’habitude nous nous attachons à la qualité des conditions : si une chose est belle ou laide, bonne ou mauvaise, importante ou pas. Dans la vision pénétrante, la qualité ne nous intéresse pas; nous observons plutôt comment sont les choses, comment elles changent, car il n’y a pas de qualité qui ne subisse le processus du changement. On s’éveille ainsi au changement, à ce mouvement que l’on expérimente, au lieu de se laisser fasciner ou dégoûter par la qualité de nos pensées, de nos émotions, de nos sentiments ou de nos expériences.

Nous sommes donc des personnes qui sont nées un jour, qui sont venues à cette retraite pour pratiquer, pour se libérer de leurs attaches, de leurs problèmes, de façon à atteindre l’Eveil un jour. C’est comme cela que nous nous percevons en général : nous devons travailler sur nous-mêmes, nous ne sommes pas assez bons comme nous sommes : «J’ai des tas de problèmes, de difficultés émotionnelles, d’attachements et, en venant à cette retraite, j’espère obtenir un regard plus juste sur moi-même et ensuite, peut-être, avant de mourir, j’atteindrai l’Eveil … si je vais à suffisamment de retraites de méditation ! » Donc l’Eveil se situe dans le futur. Reconnaissez-vous là votre façon de penser ? Vous créez cette perception, cette supposition mais vous n’êtes peut-être pas tout à fait conscients de cette attitude : ce que vous pensez être en cet instant, la façon dont vous vous percevez en tant que personne. Ce que je veux souligner, c’est qu’en termes d’ici et maintenant, il s’agit là d’une fabrication mentale. 

Ce que je vous suggère donc aujourd'hui, c’est de placer votre confiance dans une vigilance éveillée plutôt que dans les idées que vous avez sur vous-mêmes — même si, sur le plan conventionnel, il y a du vrai là-dedans. Je vous encourage à mettre votre confiance dans les moments d’Attention éveillée avant que vous n'apparaissiez comme une « personne ». Un simple acte d’Attention, de présence. Nous nous ouvrons simplement et nous écoutons avant même de nous percevoir comme quelqu’un qui doit faire quelque chose de façon à atteindre quelque chose. Cette méthode peut être appliquée à tous les phénomènes et à tous les être afin d'arrêter la fabrication mentale, la fausse perception, les suppositions.

Pour lire l'intégralité du texte, cliquez ici.

Dans un prochain message, nous vous parlerons du 4ème accord toltèque.
Pour lire un résumé du livre "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz, cliquez ici.
Pour vous procurer le livre, cliquez ici.

lundi 21 janvier 2013

Les 4 accords toltèques et le bouddhisme : 2ème accord

Voie Eveillée du Coeur a récemment lu le livre "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz aux Editions Jouvence (poche), et a été frappée par la proximité avec la vision bouddhiste.

Voici les rapprochements trouvés :
(Nb: nous nous appuyons sur le résumé des 4 accords toltèques fait par le site "se changer soi")


Deuxième accord Toltèque : Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle


Quoi que l'on nous dise comme jugement, cela ne peut nous toucher que si nous y donnons notre accord. Nous pouvons très bien avoir l'accord de ne pas en tenir compte, donc, s'il s'agit de poison, de ne pas nous laisser atteindre. Si les autres sont programmés, conditionnés, à nous juger, ce n'est pas notre problème. Ne pas entrer dans le piège, cela peut protéger de l'enfer. Idem quand nous jugeons, nous ne faisons que projeter notre réalité sur les autres; surtout quand nous cherchons à avoir raison. Le jugement ne concerne que celui qui juge, pas celui qui est jugé. C'est la peur qui va être à la source du jugement et de tous les ressentis que le jugement peut entraîner. En nous libérant de la peur, on se libère de toutes les autres émotions négatives qu'elle entraine ainsi que du jugement et des difficultés qu'elle entraîne dans la relation.
Pour se libérer de la peur, le chemin est de se connaître et de s'aimer soi-même pour être immunisé, serein et heureux. Les jugements sur nous-même, engendrés par des croyances obsolètes, peuvent nous piéger également, surtout lorsque plusieurs croyances contradictoires nous conduisent vers le conflit intérieur. D'où la nécessité de revoir une à une toutes nos croyances.
La plupart des gens ne pratiquent pas ce deuxième accord, et s'entraînent les uns les autres dans le cercle vicieux des jugements, des conflits et des mensonges, au point d'en perdre la cohérence intérieure en se mentant à soi-même pour sauver la face, et s'enfoncer dans des situations inextricables. Pratiquer le deuxième accord rend libre.



Le point de vue bouddhiste sur  le second accord toltèque

La saisie du soi

La saisie du soi ou croire qu'il y a un "je" permanent et autonome est la source de l'ignorance, donc la source des afflictions que l'on peut résumé en désir-attachement et aversion. Ici la saisie du soi est la cause de notre souffrance et de nos réactions d'aversion, colère, haine ... à tout ce qui nous semble être un jugement de la part des autres.

Dans le bouddhisme, c'est en réalisant la vacuité, c'est à dire le vide d'existence propre de soi, des autres et de tous les phénomènes, que l'on sera libre. 
Etre libre, signifie libre des 3 poisons qui gouvernent notre vie et conduisent à la souffrance, alors on atteint l'état de nirvana : l'extinction des afflictions et des compréhensions erronées.

Donc si l'on a cette compréhension intellectuelle puis directe de la vacuité (c'est à dire qu'on a l'expérience directe de la vacuité), alors on saura qui on est véritablement et qui sont les autres et les phénomènes  alors il n'y aura plus "accord" au sens toltèque, car la domestication se sera volatilisée : on verra les êtres et les choses telles qu'elles sont et non plus telles qu'on croit qu'elles sont. Le samsara n'aura plus de prise sur nous, puisqu'il sera vu tel qu'il est : vide d'existence propre.

Pour en savoir plus sur la vacuité, cliquez ici.

L'écoute profonde
L'écoute profonde est aussi une manière de voir notre souffrance que nous croyons provoquée par les autres. Par cette méthode, nous pouvons voir nos croyances ou vues erronées sur nous même et les autres et ainsi dénouer tous ces noeuds qui nous emprisonnent.
Enseignements sur l'écoute profonde : Embrasser sa colère 

L'orgueil
Dans le bouddhisme, il y a 3 types d'orgueil qu'il est très intéressant d'observer en soi :
le complexe d'infériorité, le complexe de supériorité et .... le complexe d'égalité ! En nous nous libérant de ces 3 complexes, nous devenons libre du jugement, de la comparaison envers les autres et envers nous mêmes. L'authenticité et l'humilité seront alors solides, et nous ne seront plus comme la feuille qui tremble à la moindre brise.


Dans un prochain message, nous vous parlerons du 3ème accord toltèque.
Pour lire un résumé du livre "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz, cliquez ici.
Pour vous procurer le livre, cliquez ici.

samedi 19 janvier 2013

Le Noble Sentier Octuple : le chemin de la transformation pour réaliser le Nirvana

Pour arriver à l'état où les afflictions et les visions erronées ne sont plus, où le feu des émotions perturbatrices est éteint, c'est à dire vivre le Nirvana, le Noble Sentier Octuple est la voie à mettre en pratique dans toute notre vie quotidienne : VASTE PROGRAMME !

Tout d'abord, pour en avoir un aperçu,  voici l'émission "Sagesse Bouddhiste" : L'Octuple sentier, de la sagesse à la discipline"

Partie 1/2

Partie 2/2


Pour avoir une compréhension détaillée, le commentaire d'Urgyen Sangharakshita
 :
  1. Vision parfaite.
    1. La nature de l'existence selon le bouddhisme.
  2. Emotion parfaite.
  3. Parole parfaite.
  4. Action parfaite.
  5. Moyens d'existence parfaits.
  6. Effort parfait.
  7. Prise de conscience parfaite.
  8. Samadhi parfaite.

mardi 15 janvier 2013

Les 4 accords toltèques et le bouddhisme : 1er accord

Voie Eveillée du Coeur a récemment lu le livre "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz aux Editions Jouvence (poche), et a été frappée par la proximité avec la vision bouddhiste.

Voici les rapprochements trouvés : 
(Nb: nous nous appuyons sur le résumé des 4 accords toltèques fait par le site "se changer soi")


Premier accord Toltèque : Que votre parole soit impeccable

La parole :
C'est par la parole que nous exprimons notre pensée, nos émotions, nos désirs : ce que nous sommes. Elle a un pouvoir créateur d'une extrême puissance : concrétiser les rêves, ou tout détruire. Son pouvoir est équivalent à celui d'une semence « qui peut faire germer l'amour comme la haine dans l'esprit des autres. Chaque esprit est fertile à sa manière à certaines paroles plutôt qu'à d'autres, et notre domestication nous rend plus sensibles aux paroles de peur, de doute, de haine. Plus nous sommes sensibles à une parole, mieux nous la croyons ». Et ces croyances transforment nos actions et notre vie. Pire encore, nous nous arrangeons toujours pour confirmer nos croyances. Certaines paroles vont renforcer nos croyances, d'autres, plus rarement vont pouvoir les briser.

Impeccable :
Ce que nous envoyons comme haine par la parole finit toujours par nous revenir. En semant des paroles destructrices, c'est donc contre nous-même que nous agissons. En semant des paroles bienveillantes, c'est tout l'inverse qui se produit. C'est donc l'intention qui importe. La difficulté réside dans l'inversion de ce que nous avons appris : c'est à dire, à ne plus exprimer notre poison, or, le plus souvent nous le faisons dans une totale inconscience des conséquences.

Pour rendre notre parole impeccable, c'est à la vérité que nous devons nous attacher, elle nous affranchira. La parole destructrice est de l'ordre de la critique, la médisance, le jugement, le ragot, la culpabilisation, l'intolérance, l'insulte, le mensonge.
La médisance fonctionne comme un virus informatique : elle se propage, et rend défaillant certains de nos modes de fonctionnement.

Nous sommes tout autant capable de parler contre nous-même, en nous auto-critiquant sans cesse. Quand nous partageons notre opinion sur autrui, dans l'espoir d'être soutenu dans cette opinion, nous sommes encore dans le poison.

Une parole impeccable va nous immuniser contre le poison d'autrui, car, en soignant notre parole, nous soignons notre esprit qui deviendra fertile à recevoir des paroles impeccables et stériles au reste. Cela va même plus loin. Selon Don Miguel Ruiz, « vous pouvez évaluer le degré auquel votre parole est impeccable à l'aulne de l'amour que vous avez pour vous-même ». La parole impeccable immunise contre l'enfer.



Le point de vue bouddhiste sur la "parole impeccable"

La parole fait partie du noble sentier octuple, sans l'application duquel, l'Eveil n'est pas possible.
La parole parfaite du bouddhisme est composée des qualités suivantes :
- la véracité, l'authenticité, la sincérité
- la bonté-aimante, la compassion, donner confiance
- l'utilité de la parole, dans le sens d'élever les consciences, d'être positif
- la promotion / protection de l'harmonie, la concorde, l'unité

Pour avoir une idée beaucoup plus précise de ce que devrait être la parole, le 4ème/5 entraînements à la pleine conscience ou dans le 8ème et 9ème/14 entraînements du Village des Pruniers sont des textes très profonds et précieux lorsqu'on prend la peine de les lire, les pratiquer, les approfondir. 
Vous trouverez des explications détaillées dans ce commentaire.


Dans notre prochain message, nous vous parlerons du second accord toltèque.
Pour lire un résumé du livre  "Les 4 accords toltèques" de Don Miguel Ruiz, cliquez ici.
Pour vous procurer le livre, cliquez ici.

dimanche 6 janvier 2013

Prière de la nouvelle année à notre mère la Terre, à notre Père le Soleil et à tous nos ancêtres, pour l’année 2013

Bien-aimée Terre Mère, Bodhisattva Mahagaia
Bien-aimé Père Soleil, Bodhisattva Mahavairocana Tathagata
Bien-aimés ancêtres spirituels et génétiques,

Nous nous présentons devant vous en ce moment solennel du nouvel an, en tant que famille spirituelle, pour consciemment vous exprimer notre gratitude et notre plus profonde aspiration.

Nous savons que vous, notre Mère la Terre, notre Père le Soleil et tous nos ancêtres êtes toujours vivants en nous et que vous êtes un solide lieu de refuge pour nous tous.

Pour lire la suite, cliquez ici.