mercredi 30 octobre 2013

Matthieu Ricard interviewé dans l'émission "Tout et son contraire" sur France Info : "L'Homo economicus est mort. Vive l'Homo altericus!"

En 1972, Matthieu Ricard a décidé de devenir moine bouddhiste et de méditer. Mais il continue à écrire. Il vient de publier aux éditions Nil son œuvre la plus importante : Plaidoyer pour l'altruisme. Un pavé de plus de 900 pages, pour montrer le pouvoir de transformation positive qu'une attitude altruiste peut avoir sur les autres, et sur nous mêmes.

Il dénonce l'individualiste grandissant de la société. Ou chacun se croit supérieur. Et unique. Parce que je le vaux bien. Cela commence avec la mentalité de L'Enfant roi. Il raconte qu'aux États Unis, un vêtement sur 10 porte quelque part la mention "princesse". Et cela va jusqu'en classe où les professeurs américains sur-notent leurs élèves et leurs laissent ainsi croire qu'ils sont les meilleurs du monde. Même si toutes les études comparatives montrent l'inverse. 
Matthieu Ricard explique que cela se fait au détriment de tous les repères et donc de la vie en groupe. Il cite ainsi un sondage qui en dit long sur les valeurs de notre société.

Matthieu Ricard, 67 ans, confie aussi que, depuis l'âge de 30 ans, il a fait vœu de chasteté tout comme il a fait vœu de pauvreté. Il est habillé en moine bouddhiste été comme hiver. Il ne possède que deux robes et une paire de chaussures. Grâce notamment à sa pratique de la méditation, il a été présenté comme l'homme le plus heureux du monde. The Independant (London), raconte une expérience [rapportée par Courrier International, 2/08/07]. On lui a mis 256 électrodes sur la tête pour mesurer son état de forme. C'est une échelle inversée qui va de +0,3 (tristesse abyssale) à -0,3 (béatitude). Il affichait -0,45! Une sorte de surhomme.

Pour écouter l'émission, cliquez ici.

lundi 28 octobre 2013

Comment développer l'Esprit d'Eveil ou Bodhicitta ? N°3 : La transformation de l’esprit en huit versets de Guéshé Langri Thangpa

Qu'est-ce que la bodhicitta ?

Le bodhicitta ou esprit d'Éveil (bodhi : éveil ; citta : cœur-esprit) est l'aspiration et l'engagement à atteindre l'Éveil afin d'y amener tous les êtres sensibles, et ainsi les libérer de la souffrance inhérente (duhkha) à l'existence cyclique (samsāra).
L'actuel Dalaï-Lama en dit : « Cet esprit d’Éveil transforme toutes les actions bénéfiques en un véritable catalyseur permettant l’émergence de la bouddhéité. […] Dans l’océan des pratiques qui mènent à la bouddhéité, le bodhicitta agit comme un raz-de-marée».

Comment développer l'esprit d'Eveil ?
Une des méthodes de développement de la bodhicitta est celle de l’égalisation et de l’échange de soi avec autrui.


1- La méthode du Dalai Lama
Voir l'article

2- La méthode de l'entraînement de l'esprit en sept points de Guéshé Chékawa
Voir l'article


3- La méthode de la transformation de l’esprit en huit versets de Guéshé Langri Thangpa

Le texte

Déterminé à obtenir le plus grand bienfait possible

Grâce à tous les êtres qui sont plus précieux 
Que le joyau qui exauce les souhaits, 
Je les considérerai comme les plus chers à tout instant.

En compagnie d’autrui, je me considérerai toujours

Comme le plus bas de tous 
Et, du fond du cœur, 
Je tiendrai les autres pour chers et suprêmes. 

Vigilant, dès qu’une émotion perturbatrice (1) s’élève 

Dans mon esprit, 
Mettant en danger les autres et moi-même, 
Je l’affronterai et m’en détournerai sans tarder.


Quand je vois des êtres d’un naturel méchant, 
Accablés par de violentes négativités et d’intenses souffrances, 
Je chérirai ces êtres rares 
Comme si j’avais trouvé un trésor précieux.

Si, par jalousie, d’autres me maltraitent, par des injures, 

Des insultes et autres malveillances, 
J’accepterai la défaite 
Et leur offrirai la victoire. 

Quand celui à qui j’ai fait du bien

Et en qui j’ai placé tous mes espoirs 
Me blesse cruellement,
Je verrai en lui mon saint maître.

En bref, directement et indirectement, 

J’offrirai tout bienfait et tout bonheur à tous les êtres mes mères. 
En secret, je prendrai sur moi 
Leurs actions nuisibles et leurs souffrances.

Sans être contaminé par les souillures 
Des conceptions erronées des huit préoccupations mondaines (2),
Puissè-je, en percevant que tous les phénomènes sont illusoires, 
Etre affranchi de l’asservissement de l’attachement.

Notes et Traduction

(1). Ignorance, attachement, colère, jalousie, orgueil, paresse, etc.
(2). L’espoir du plaisir et la crainte du déplaisir ou de la souffrance.
L’espoir du gain et la peur de la perte.
L’espoir de la bonne réputation et la crainte de la disgrâce.
L’espoir des éloges et la crainte du blâme et des critiques.

Traduction française : Eléa Redel et Anila Wangmo - octobre 2006, pour le Livre de Prières de la FPMT, vol. 1.

lundi 21 octobre 2013

Science & Bouddhisme : Que le cœur ait un cerveau, c'est une métaphore, non ? NON.


Nous vous proposons cet article car bien qu'il ne soit pas directement lié au bouddhisme, il apporte des informations qui confirme l'importance des qualités de coeur, que le Bouddha nous inviter à développer.

"On a découvert que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, cavec plus de 40.000 neurones et un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, de protéines et de cellules d'appui.
Est-il intelligent ? Grâce à ces circuits tellement élaborés, il semble que le cœur puisse prendre des décisions et passer à l'action indépendamment du cerveau et qu'il puisse apprendre, se souvenir et même percevoir. Il existe quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête.
..."

Pour lire la suite, cliquez ici.


lundi 14 octobre 2013

la Terre Mère : enseignement offert par Thich Nhat Hanh en Novembre 2012

"Bonjour, chère Sangha. Nous sommes dans la salle de méditation Assemblée des Etoiles du temple Nectar du Dharma, au Hameau du Bas, pendant notre retraite d’hiver (29 Novembre 2012).

Notre société n’est pas en très bonne santé. Et donc, beaucoup parmi nous sont malades nous avons besoin de guérison et de nourriture. Nous nous sommes intoxiqués avec des poisons. Notre esprit a beaucoup de poisons, tels que l’avidité, la haine, la colère et le désespoir. Notre corps aussi a beaucoup de poisons parce que nous ne savons pas comment consommer.
Notre Mère la Terre a la capacité de se guérir elle-même et elle a la capacité de nous aider à guérir si nous savons comment prendre refuge en elle. Quand le Bouddha enseignait à son fils, Rahula, il parlait de la Terre, douée des qualités de patience et d’équanimité. La patience et l’équanimité sont les deux grandes qualités de la planète Terre. Si c’est nécessaire, notre Mère la terre peut passer un million d’années, voire dix millions, à se guérir elle-même. Elle n’est pas pressée. Elle a le pouvoir de se régénérer. Il faut que nous voyions cela. Si nous étudions l’histoire de la Terre, nous savons qu’elle a eu jusqu’ici beaucoup de patience, et aujourd’hui elle est un astre magnifique."

Pour lire la suite, cliquez ici.

lundi 7 octobre 2013

Méditation : retraite et vie quotidienne, le but de la méditation, comment méditer ? Trois articles pour mieux comprendre

Méditation et retraite

La pratique de la méditation est fondamentalement l’expérience de l’immédiateté de l’instant présent, de ce qui est là, tout simplement, libéré du filtre déformant de nos projections.

Pour lire la suite,cliquez ici.

Par Lama Denys







Découverte du Bouddhisme - Comment Méditer ?

« Je voudrais vous dire quelques mots d’introduction au sujet de la pratique de la méditation. Beaucoup de gens à travers le Monde, aussi bien en Occident qu’en Orient, sont très intéressés par le fait de méditer. Ils sont attirés par cette pratique et montrent un grand intérêt. Mais parmi tous ceux et celles qui s’engagent dans la méditation, peu en réalité comprennent son but réel.

Pour lire la suite, cliquez ici.
La Pleine Conscience de la respiration

Nous pouvons dire que notre corps est un autel que nous ne devons pas laisser vacant. Nous utilisons notre respiration pour ramener notre esprit à notre corps. Quand on regarde un temple déserté on sait que ce temple est abandonné. Inutile de réfléchir pour le savoir : il n’y a personne à l’intérieur.

Pour lire la suite, cliquez ici.