lundi 28 juillet 2014

Le Vimalakirti Nirdesa par Urgyen Sangharakshita / partie 2 : Construire la terre de bouddha

Partie 2 - Construire la terre de bouddha.




2.1. Construire la terre de bouddha

Notre sujet est « construire la terre de Bouddha » et nous allons le considérer à travers cinq questions :
Qu'est-ce que la terre de Bouddha ?
Qui construit la terre de Bouddha ?
Pourquoi construit-on la terre de Bouddha ?
Avec quoi construit-on la terre de Bouddha ?
Comment construit-on la terre de Bouddha ?

Le thème « construire la terre de Bouddha » est tiré du premier chapitre du Vimalakirti Nirdesa, dont le titre est « la purification du champ de Bouddha. » Nous allons donc le considérer dans ce contexte bien spécifique, et cela voudra dire prendre connaissance de certains passages cruciaux de ce premier chapitre.

lundi 21 juillet 2014

Le Vimalakirti Nirdesa par Urgyen Sangharakshita / partie 1 : la magie d'un soutra mahayana

Partie 1 - La magie d'un sûtra mahayana.

1.1. La vie caractérisée par l'uniformité

Imaginons que quelqu'un nous demande de décrire notre vie. Supposons que l'on nous demande de dire ce qui caractérise de manière spécifique et essentielle, notre vie telle que nous la vivons ordinairement. Je me demande quel genre de réponse nous donnerions. Je me demande ce que la plupart d'entre-nous aurions à dire. C'est-à-dire ceux d'entre nous qui sont des gens tout à fait ordinaires, pas des stars, pas des politiciens et certainement pas des personnalités de la télévision. La plupart d'entre nous, la plupart des gens ordinaires diraient que notre vie, la majeure partie du temps, est caractérisée par l'uniformité. Nous dirions peut-être que nous semblons passer la plus grande partie de notre temps faisant le même genre de choses et ce, de la même façon. Non seulement pendant des semaines d'affilée, non seulement pendant des mois de suite, mais même parfois pendant des années ou, du moins, pendant ce qui nous semble durer des années, faisant seulement le même genre de chose de la même façon.


Pour lire la suite, cliquez ici.

lundi 14 juillet 2014

Metta ou la bonté aimante : enseignement du Bouddha

Le Metta Sutta, ou « Discours sur la Bonté bienveillante », est un des plus beaux textes du corpus bouddhiste primitif . Son contenu constitue un remarquable trait d’union entre la doctrine theravada de la quête personnelle du nirvana et la doctrine mahayaniste de l’accomplissement altruiste.



Voici ce que doit faire l’homme habile dans la recherche du bonheur,
Et qui veut vivre en paix :
Être capable, droit, parfaitement droit
Conciliant, doux, et humble.

Satisfait de tout et supportant aisément son sort
Qu’il ne se laisse pas submergé par les affaires du monde, et vivre dans la simplicité,
Que ses sens soient maitrisés et qu’il demeure prudent
Ni arogant, ni avide des plaisirs de ce monde.

Qu’il ne fasse rien qui soit mesquin
et qui pourrait être désapprouvée par les sages
Que tous les êtres vivent dans la joie et la sécurité
Que tous soient heureux

Que tous les êtres, sans exception,
Les faibles comme les forts,
Les gros comme les grands,
Les moyens, les petits, les grossiers

Qu’ils soient visibles ou invisibles,
Qu’ils soient proches ou lointains,
Qu’ils soient déjà nés ou encore à naître.
Que tous soient heureux.

Envers n’importe qui et dans n’importe circonstance
Ne jamais tromper ni mépriser
Dans la haine ou la colère
Ne jamais souhaiter de mal à autrui

Ainsi qu’une mère aime son enfant unique
Prête à tous les sacrifices pour le protéger
Ainsi avec un amour sans limite
doit on chérir tous les êtres

Il faut cultiver la bonté sans limite à l’égard du monde entier
Vers le haut et vers le bas comme horizontalement,
Sans obstacle sans haine et sans inimitié

Debout ou marchant, assis ou couché
Et tant que l’esprit reste lucide et éveillé,
Il faut développer cette attention juste
Car c’est la Suprême façon de vivre.

Ne pas s’égarer dans les vues fausses
Cultiver une vie vertueuse, avoir une vision intérieure profonde
S’arracher des appétits des sens
Alors, on ne renaîtra plus dans ce monde.

Mettâ sutta, Suttanipâta 1

source : http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article3845&lang=fr

lundi 7 juillet 2014

Trouver son Maître pour avancer sur la Voie : quelques repères.


Trouver son maître : Article de Pierre Suchet

"Trouver son maître : n’est-ce pas une des préoccupations majeures de tout chercheur désireux de s’engager sur une voie spirituelle ou religieuse, qu’il soit novice ou pratiquant déjà assidu souhaitant assurer son engagement ?
Oui, mais quel maître et comment ? ... " 


Pour lire la suite, cliquez ici.


Trouver le bon lama : émission Hautes Fréquences

Dans le bouddhisme zen comme dans le bouddhisme tibétain, la relation de maître à disciple est essentielle.

A l’occasion de la visite du Dalaï Lama en Suisse, Hautes Fréquences s’interroge sur le sens de la relation maître-disciple, sur ses difficultés et ses dangers. Une proposition de Catherine Erard et Evelyne Oberson.

« Sans maître, il est inutile de méditer » disait le maître zen Dōgen celui qui introduisit au Japon le bouddhisme zen depuis la Chine. Dans la plupart des écoles bouddhistes, le maître joue un rôle cardinal : c’est à lui qu’incombe la tâche de mener l’élève sur le sentier qui lui convient, jusqu’au seuil de la connaissance, de la sagesse ou de l’Eveil. Mais trouver son maître n’est pas une mince affaire : le bouddhisme fourmille d’anecdotes pour en témoigner. Quels sont les critères ou les garde-fous à mettre en place ? Y a-t-il des risques d’abus ?

Hautes Fréquences vous propose le témoignage de Jean-Marc Falcombello, président du Centre bouddhiste de Montchardon, et celui du père jésuite Bernard Senécal, établi en Corée où il enseigne le bouddhisme, tout en étant accompagné par un maître zen depuis 18 ans. Raphaël Liogier, directeur de l'Observatoire du religieux d’Aix-en-Provence, nous apportera son analyse sur les différents types de rapport maître-disciple qui existe dans le bouddhisme ainsi que sur en Occident.


Pour écouter l'émission, cliquez ici et défiler la page vers le bas pour trouver l'article et l'émission, puis mettre le curseur à 19:30 pour écouter l'émission sur le sujet de la relation maître - disciple.



Maîtres et guides spirituels

Le bouddhisme le plus ancien ne reconnaît l'existence d'aucun raccourci pour atteindre la libération : de ce fait, le « maître » ne peut avoir aucun autre rôle que celui d'enseignant, donnant accès à la vérité généralement voilée par l'illusion.
Et ceci s'applique au Bouddha lui-même : "Vous devez travailler à votre propre libération, car le Tathāgata montre seulement la voie."

Pour lire la suite, cliquez ici.


L'ami spirituel

L'ami spirituel devrait posséder les dix qualités suivantes :
 1. Être humble dû à l'entraînement supérieur de l'éthique
 2. Être calme dû à l'entraînement supérieur de la concentration
 3. Être pacifié dû à l'entrainement supérieur de la sagesse
 4. Être riche en transmission orale
 5. Avoir réalisé la vacuité
 6. Avoir plus de qualités que ses étudiants spirituels
 7. Être habile à enseigner
 8. Avoir de la compassion
 9. Être persévérant
10. Ne se décourage pas