mardi 30 décembre 2014

Enseignement du Nouvel An 2015 par la Vénérable Robina Courtin

Ordonnée à la fin des années 70, la Vénérable Robina travaille depuis, à plein temps, pour la FPMT établie par Lama Thoubtèn Yéshé et Lama Zopa Rinpoché. Toutes ces années elle a servi en tant que directrice éditoriale de Wisdom Publications, rédactrice en chef du magazine Mandala, directrice exécutive du Liberation Prison Project et a fait des tournées en tant qu’enseignante du Bouddhisme. Sa vie et son activité avec les prisonniers ont été présentées dans les documentaires Chasing Buddha et Key of Freedom. Elle parcourt le monde pour donner des enseignements depuis 1987 et c’est sa septième visite à l’Institut.

Retransmission en direct ou revoir les vidéos
cliquez ici

Dates
du samedi 27 décembre 2014 au samedi 3 janvier 2015.

Horaires
9h30-12h30 (avec pause vers 11h), 
16h15-19h00 (avec pause vers 17h30), 
20h30-21h30.

lundi 29 décembre 2014

"Manuel de méditation selon le bouddhisme theravada" par Ajahn Brahm

Cet ouvrage de référence décrit la méthode progressive qui permet d’aborder la méditation du bouddhisme Theravâda, école adepte d’une « religion sans dieu », et dont le seul « livre sacré », aux dires de l’auteur, est l’expérience méditative elle-même.
On trouvera ici l’enseignement de la technique reine du bouddhisme originel : le dhyâna (ou « jhâna » en pâli). Ce livre s’adresse tant aux débutants qu’aux méditants confirmés. Chacun y trouvera aussi bien des conseils et des recommandations utiles (dans la première partie du livre), qu’une perspective de la voie bouddhique selon le Theravâda dans toute sa profondeur métaphysique (dans la seconde partie).
Le mode de pensée et d’écriture d’Ajahn Brahm, précis, rationnel, pragmatique, et en même temps vivant et non dépourvu d’humour, est très adapté aux Occidentaux.
A la fois érudit et pratiquant de très haut niveau, Ajahn Brahm a fréquemment recours aux comparaisons éclairantes. Il évite délibérément le syncrétisme simpliste pour rester dans la droite ligne du Theravâda, héritier de la rigueur et de la richesse de ce qui fut probablement le Dharma originel.

lundi 22 décembre 2014

"Le Dhamma ici et maintenant, attention et sagesse" par Ashin Tejaniya

Premier chapitre : Qu'est-ce que la méditation de pleine conscience ?

Parlons un peu de la méditation.

Dans ce centre, on pratique Satipatthana ou la méditation de la pleine conscience sur les quatre établissements de l’attention ( le corps – kaya-, les sensations – vedana -, l’esprit – citta - et les phénomènes - dhammas -.
Toutefois, avant de commencer, nous avons besoin de clarté sur ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Il est important de commencer cette pratique comme si nous allions commencer un projet important, avec une compréhension des idées et des principes sous-jacents derrière ce que nous allons faire. Nous avons besoin d’une information directrice et de bonnes idées sur la nature de la méditation de pleine conscience afin que nous puissions pratiquer habilement. Nous ne voulons pas commencer à l'aveuglette.

Qu’est-ce que la méditation de la pleine conscience ? Quel est le but de la pratique ? Quelle type d’esprit et quelle attitude doit-on avoir quand on médite ? Comment est-ce que l’on doit pratiquer? Pour moi, la méditation de pleine conscience a pour but essentiel de transformer
l'esprit. La méditation a pour but de cultiver des états d'esprit sains, cultiver l’esprit du Dhamma, et faire ressortir les qualités de l'esprit. La méditation de pleine conscience n'est pas le travail effectué par le corps ou le travail accompli par les objets mais ce qui se passe, ce qui est observé et expliqué plus loin dans la section.

Quels font les objets ? Les objets ne méditent pas. C’est l’esprit qui médite.C'est pourquoi la méditation est appelée «travail de l'esprit" et c'est pourquoi on doit apprendre à connaître l'esprit.

Comment savez-vous qu'il existe un esprit ? Savez-vous que vous avez un esprit ? Comment savez-vous que vous avez un esprit? Vous pouvez voir ou observer l'esprit à travers ses rouages et fonctions qui sont par exemple savoir, penser, vivre, sentir, vouloir, mettre au point, etc.

Maintenant, mettez vos mains ensemble et regarder vos mains jointes. Vous savez que vos mains se touchent, non? Comment reconnaissez-vous cette sensation du toucher ? Comment l'esprit est-il en mesure de savoir cela? Vous savez que l'esprit est conscient et y prête attention maintenant. Comment savez-vous que l'esprit est attentif et conscient ? Pourriez-vous savoir que vos mains se touchent si votre esprit pense à autre chose? Non. Donc vous pouvez voir que ce n'est pas seulement parce que vos mains sont en contact que vous le savez, mais c’est parce que l'esprit est attentif et prendre conscience est une qualité qui fait partie de cette attention qui fait que vous savez qu'ils se touchent.

Pouvez-vous changer votre attention sur les paumes des pieds? Vous le faites, bien ? Ce déplacement de l'attention est en fait l'esprit qui travail. C’est l’esprit qui accorde de l’attention à un autre objet. Si vous êtes conscient de l’attention qui est là présente, vous voyez que l'esprit travaille. Il n'est pas nécessaire de chercher l'esprit, tout le monde sait bien cela plus ou moins. La reconnaissance, la pensée, la planification, et les intentions sont tous des travaux de l'esprit. Il n'est pas si facile au premier abord de reconnaître l'esprit sous ces différentes formations mentales en raison du manque de compréhension que l’on a de l'esprit.


Pour lire la suite du livre, cliquez ici.

lundi 15 décembre 2014

"Le Chemin du Milieu : introduction à la vacuité dans la pensée bouddhiste indienne" de Claire Petitmengin

Gratitude à frère Fabkhi, qui nous a fait découvrir ce livre : "Le chemin du milieu : introduction à la vacuité dans la pensée bouddhiste indienne". Editions Dervy.

La vacuité est à la fois le concept central de la pensée bouddhiste et le centre de la pratique méditative bouddhiste, pensée et pratique dont l'occident est en train de découvrir toute la profondeur et la pertinence. Cependant, la pensée bouddhiste est, pour nous Occidentaux, difficile d'accès. La principale raison en est que ses concepts fondamentaux nous sont très étrangers. On a fait du bouddhisme une philosophie sceptique. On le réduit parfois à un ensemble de techniques de relaxation permettant un gain de bien-être immédiat. Enfin, certains travaux universitaires en ont fait une théorie purement intellectuelle et abstraite. L'objectif principal de cet ouvrage est de donner des points de repère historiques et conceptuels permettant d'aborder la pensée très complexe et subtile du bouddhisme des origines, le bouddhisme indien, et la notion de vacuité qui en est le coeur. Utile aussi bien à des pratiquants bouddhistes qu'à des chercheurs en sciences cognitives, cet ouvrage s'adresse également à tout lecteur intéressé par l'expérience subjective et la conscience.

lundi 8 décembre 2014

"Ne sous-estimez pas les souillures; elles vous joueront des tours !" par Ashin Tejaniya

Que sont les souillures?

Les souillures (lobha, dosa, et moha : voir lexique) ne sont pas seulement les
manifestations grossières de l’attachement, de l’aversion et de la confusion, ce sont
aussi leurs amis et leurs parents, même les plus éloignés !! Voyez si vous avez déjà
rencontré des pensées de ce genre :
« Ces lumières ne devraient pas être allumées pendant la journée ! » « Son
comportement est tellement irritant. » « Il n’aurait pas dû faire ça. » « Je pourrais le
faire beaucoup plus vite. » « Je suis nul comme méditant ; je ne peux même pas
rester concentré une minute. » « Hier ma méditation était tellement bien ; aujourd’hui
je suis complètement dispersé. » « Wouaou, ça c’était une assise géniale ;
maintenant il faut que je reste vraiment présent comme ça je garderai cette
sensation. » « Je dois rester dans la salle de méditation, sinon les autres vont penser
que je suis paresseux. » « Il me faut une portion de plus de patates aujourd’hui parce
que c’est bon pour la santé. » « Beurk ! Il y a des oignons dans la salade ! » « Ah
non, pas encore des bananes ! » « Il est tellement égoïste, tellement irréfléchi. »
« Pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi ? » « Qui est responsable du nettoyage des
toilettes ? » « Pourquoi ce méditant doit-il marcher là ? » « Ils ne devraient pas faire
autant de bruit ! » « Il y a trop de monde ici ; je ne peux pas méditer. »  « Quelqu’un est assis sur mon siège ! » « Elle est si jolie ! » « Il marche avec tant de grâce. »


Toutes les pensées de ce genre sont motivées par les souillures ! Ne les sous-estimez pas !

Pour lire la suite, cliquez ici.

mercredi 3 décembre 2014

Samedi 3 et dimanche 4 janvier 2015 : Session de pratique bouddhiste à la Pagode Van Hanh

LETTRE D’INVITATION A LA SESSION DE PRATIQUE BOUDDHISTE

Namo Bouddha Grande Compassion Amitabha du Monde de la Pure Félicité de l’Ouest.

La position fondamentale de l’école bouddhiste Terre Pure est basée sur la vision causale c’est-à-dire il faut avoir préalablement des causes pour pouvoir obtenir des effets. De même, si la personne pratiquant la récitation concentrée du nom du Bouddha désire aller à la Terre Pure, il doit en dehors de la force de soutien et d’accompagnement des Bouddha, fournir lui-même des efforts personnels dans la pratique permanente de transformation des trois karmas du corps, de la parole et de la pensée pour les purifier. Cela s’appelle la cause juste de l’effet Terre Pure.
Le sûtra Regard Profond sur la Longévité Infinie enseigne : "une phrase de récitation du nom du Bouddha peut faire anéantir complètement 8 millions de kalpas de méfaits commis dans nos vies passées nous enchainant dans le cercle de la vie et la mort..." et la méthode de la Terre Pure consiste à purifier nos trois karmas par la récitation du nom du Bouddha. Ainsi, à la pagode Van Hanh une session de pratique de la Terre Pure sera organisée les 03 et 04 janvier 2015, pour s’engager à une journée de récitation du nom du Bouddha, avec le guide du Vénérable Thich Hanh Gioi – Responsable de la pagode Viên Giác, en Allemagne.

Au programme:
Samedi, 03-01-2015
06h 30 : Pratique du matin.
08h 00 : Petit-déjeuner.
09h-18h : Récitation du sûtra, Récitation du nom du Bouddha, Prosternations-hommages au Bouddha (avec division en plusieurs groupes pour s'alterner afin de permettre de se reposer et se restaurer).
19h 00 : Dîner léger.
20h 30 : Enseignement Bouddhiste.
21h 45 : Récitation du nom du Bouddha.
Dimanche, 04-01-2015
06h 30 : Pratique du matin.
08h 00 : Petit-déjeuner.
09h 00 : Récitation du nom du Bouddha
11h 00 : Récitation du sûtra, Cérémonie d’offrande.
12h 30 : Repas de midi.
14h 30 : Rituel de repentir selon la Pratique “Terre Pure”
16h 30 : Dédicace - Fin.

Nous vous invitons chers pratiquants Bouddhistes de près comme de loin à venir nombreux participer à cette retraite.
Namo Grands Bodhisattvas des Efforts Constants.
Vénérable Thích Nguyên Lc
Responsable de la pagode Van Hanh

MODALITES PRATIQUES

Les enseignements bouddhistes seront donnés par le Vénérable Thich Hanh Gioi en langue vietnamienne. Merci d'apporter avec vous un poste de radio FM et les écouteurs pour écouter la traduction en français en direct.
Les inscriptions se feront sur place (à la Pagode). 

Vous pouvez dès aujourd'hui réserver les places en envoyant un mail à voieeveilleeducoeur@free.fr
Merci de nous communiquer le nombre de jours pendant lesquels vous serez présent ou tout simplement votre présence lors des heures d'enseignements du Dharma, Récitation, ...

La participation est de 15 euros pour couvrir les frais d'organisation et de repas pendant les deux jours.


mardi 2 décembre 2014

"Après l'extase, la lessive" par Jack Kornfield

APRÈS L’EXTASE, LA LESSIVE
Comment la sagesse du coeur se développe sur la voie spirituelle
La plupart des épopées spirituelles s'achèvent sur l'illumination ou l'éveil. Mais que se passe-t-il ensuite ? Qu'advient-il lorsque le maître zen rentre chez lui et retrouve femme et enfants ? Qu'arrive-t-il lorsqu'un mystique chrétien va faire ses courses ? A quoi ressemble la vie après l'extase ? Comment vivre de tout son coeur ce qui a été réalisé ? C'est pour répondre à ces questions que Jack Kornfield a mené une vaste enquête auprès de nombreux maîtres et instructeurs qui, après avoir consacré leur vie à une recherche spirituelle, transmettaient à d'autres ce qu'ils avaient eux-mêmes reçu. Maîtres zen, lamas tibétains, rabbins, abbés de monastères, nonnes et yogis, disciples de longue date ou enseignants chevronnés, en acceptant de livrer en toute sincérité les difficultés auxquelles ils ont été confrontés, nous montrent que la sagesse ne consiste pas à nier nos faiblesses mais à les intégrer à notre démarche. Car, comme le dit l'adage : « Ou vous entrerez entier au Paradis, ou vous n'entrerez pas. » Jack Kornfield nous invite à ne plus considérer l'éveil comme une fin en soi mais à privilégier une action éveillée qui, tout en accueillant nos plus profondes expériences spirituelles, accepte de procéder à un grand nettoyage intérieur.

lundi 1 décembre 2014