lundi 23 février 2015

La voie du changement radical - Richard Moss




Docteur en médecine, Richard Moss offre depuis plus de 25 ans un enseignement sur l'éveil de la conscience et la maturité spirituelle. Il anime des retraites en petits groupes partout dans le monde. Très engagé sur un plan écologique et auteur de quatre livres, il est éminemment respecté pour la qualité et la profondeur de ses engagements.

Dans cet entretien avec Ian McNay de Conscious TV, le Docteur Richard Moss parle de son expérience d'éveil et de sa quête spirituelle et comment, après plusieurs années de questionnements et de souffrance profonde, il en est venu à connaître un changement radical grâce à un voyage intérieur au plus profond de son être.

A la fin de l'entretien, Richard Moss nous propose une méditation guidée sur la manière d'atteindre un état où l'on se sent assez vaste pour contenir même nos sentiments les plus difficiles et les plus obscurs.

vendredi 20 février 2015

"Appelez-moi par mes vrais noms", poème de Thich Nhat Hanh

Appelez-moi par mes vrais noms


Ne dites pas que je pars demain, car j'arrive encore aujourd'hui.

Regardez bien : j'arrive à chaque seconde pour être un bourgeon sur la branche au printemps, pour être un petit oiseau aux ailes encore fragiles, qui apprend à chanter dans un nouveau nid, pour être une chenille au cœur d'une fleur, pour être un joyau qui se cache dans la pierre.

J'arrive encore, pour rire et pleurer, pour avoir peur et espérer, le rythme de mon cœur est la naissance et la mort de tout ce qui vit.

Je suis l'éphémère qui se métamorphose à la surface de la rivière, et je suis l'oiseau qui, lorsque vient le printemps, arrive à temps pour gober l'éphémère.

Je suis une grenouille nageant gaiement dans l'eau claire de l'étang, et je suis la couleuvre qui s'approche en silence pour se nourrir de la grenouille.

Je suis l'enfant ougandais, tout en peau et en os, mes jambes sont aussi minces que des tiges de bambou, et je suis le marchand d'armes qui vend ses armes de mort à l'Ouganda.

Je suis la fillette de douze ans, réfugiée sur une frêle embarcation, et qui se jette à la mer après avoir été violée par un pirate, et je suis ce pirate, mon cœur ne pouvant pas encore voir et aimer.

Je suis un membre du bureau politique, et j'ai le pouvoir entre mes mains, et je suis l'homme qui doit payer sa dette de sang à son peuple et qui se meurt lentement dans un camp de travaux forcés.

Ma joie est comme le printemps, si chaude qu'elle fait éclore les fleurs dans tous les chemins de la vie. Ma peine est comme un fleuve de larmes, si pleine qu'elle emplit les quatre océans.

Appelez-moi par mes vrais noms, afin que je puisse m'éveiller, et que les portes de mon cœur puissent s'ouvrir, les portes de la compassion.


Thich Nhat Hahn, mai 1982.

lundi 16 février 2015

"Comment ne pas laisser ma colère exploser" par Thich Nhat Hanh

Vaste sujet auquel nous sommes confronté un jour ou l'autre, malgré notre bonne volonté. 

J'ai remarqué qu'agir sous l'emprise de la colère (ou de toute autre formation mentale négative) génèrent beaucoup de souffrance pour nous même, les personnes envers qui nous sommes en colère et aussi pour le monde entier. C'est un peu comme un virus que nous générons et qui va contaminer les autres sans même qu'ils en soient conscients. 

J'ai souvent observé que si je me trouvais dans le  périmètre d'une personne énervée ou dépressive par exemple, je devenais énervée ou triste alors que j'étais très calme ou gaie avant la rencontre. Grâce à l'attention, j'ai finir par "voir" ou "sentir" que mon changement subi d'état provenait de l'absorption de l'énergie dégagée par l'autre. A présent, quand cela m'arrive, je prend conscience que ce n'est pas moi qui suis dans cet état et j'essaie de transformer cette énergie, par exemple en allant dans la nature (très efficace).


Voici un enseignement du Grand Vénérable Maître Zen, Thich Nhat Hanh.




Vous pouvez avoir le sous-titrage en français en allant sur la petite roue située en dessous de l'image à droite, settings va s'éclairer, cliquez sur la roue et ensuite aller dans la catégorie "subtitles" et ensuite il vous suffira de cliquer sur french pour avoir les sous-titres en français. Mais il faut tout d'abord démarrer la vidéo pour avoir la petite roue.

lundi 9 février 2015

Les cinq méthodes fondamentales de méditation par Sangharakshita

Dans la tradition bouddhique, il y a cinq exercices fondamentaux de méditation, chacun d'entre-eux étant un antidote de l'un ou de l'autre des « cinq poisons », qui sont la distraction, la colère, l'avidité, l'orgueil et l'ignorance.



La distraction.

Tout d'abord, le poison de la distraction, ou la tendance de l'esprit à sauter de ceci à cela. On parle de gens ayant un « esprit de sauterelle », ou un « esprit de papillon », par quoi l'on veut dire qu'ils sont incapables de s'arrêter sur quelque chose même un seul instant. C'est une question d'être - dans le célèbre vers de T.S. Eliot - « distrait de la distraction par la distraction ». Ceci résume tout à fait la vie moderne ; c'est un processus constant - chaque jour, chaque semaine - d'être « distrait de la distraction par la distraction ». L'antidote de ceci, au moins en tant qu'état d'esprit, est l'attention sur le souffle. Une concentration focalisée sur le processus de respiration est l'antidote de toutes nos distractions.

La colère.

Le deuxième des cinq poisons est la colère. L'antidote de la colère est aussi assez simple. C'est le metta bhavana, la méditation de développement de la bienveillance universelle, la belle pratique que tant d'entre-nous trouvons extrêmement difficile. Et beaucoup de gens savent de leur propre expérience que, de temps en temps au moins, cette émotion négative particulière de colère peut être dissipée à l'aide de cette pratique de méditation - le développement délibéré et conscient de l'amour et de la bonne volonté envers tous les êtres vivants. Ainsi, on fait disparaître le oison de la colère par le développement de la bienveillance universelle.

L'avidité.

Troisièmement, nous arrivons à l'avidité. En un sens, c'est le poison par excellence. Ce n'est pas seulement le « désir », mais ce que nous pouvons décrire comme le « désir névrotique ». Prenons, par exemple, le cas de la nourriture - de la nourriture ordinaire. Nous avons tous un désir de nourriture, et nous aimons en manger - c'est tout à fait normal et sain. Mais le désir de nourriture devient névrotique quand nous essayons d'utiliser la nourriture comme un substitut pour satisfaire un autre besoin, mental ou émotionnel. Pas plus tard qu'hier soir je lisais le rapport d'un journaliste de magazines féminins disant que de nombreuses lectrices écrivent pour dire que lorsqu'elles sont en face d'un problème émotionnel elles ressentent un besoin incontrôlable de manger des douceurs. C'est un désir névrotique. En d'autres termes, c'est de l'avidité.


Pour lire la suite, cliquez ici.

lundi 2 février 2015

"Les émotions" : un enseignement très précieux de Lama Guendune

Chaque fois que l'on établit une relation avec l'enseignement du Bouddha, que ce soit en recevant un enseignement, en l'écoutant, en réfléchissant sur son sens, ou en pratiquant une méditation, on commence par donner naissance à la Bodhicitta (esprit de l'Eveil) d'aspiration. C'est la présence de cette aspiration vers l'Eveil qui fait que tout ce qui se développe par la suite devient pratique réelle d'Eveil.

L'aspiration, c'est comme le souhait de se rendre quelque part.. Si l'on souhaite aller en Inde par exemple, cela commence par une pensée, par l'idée de se rendre là-bas. Lorsqu'on fait véritablement le voyage, il s'agit de l'application, de la mise en œuvre de cette idée. En ce qui concerne la pratique du Dharma ou la pratique spirituelle, il en va de même : il faut d'abord créer dans son esprit une intention juste afin que la pratique soit réellement effective et positive. La raison d'être d'un acte spirituel se fonde sur la pureté de la motivation. Etablir cette motivation pure, c'est souhaiter qu'à travers la pratique s'accomplisse un bienfait pour tous les êtres. La motivation pure s'établit en considérant que dans tous les mondes, tous les univers, des êtres peuplent et animent l'espace infini, et partout où vivent des êtres, est présent le karma. Ce karma, cette activité des êtres, est basé sur les émotions, les passions, les perturbations qui s'élèvent dans leur esprit ; le résultat de l'activité fondée sur les émotions est la présence de la souffrance qui est la caractéristique de l'existence de tous les êtres dans le monde conditionné, au point que l'on appelle celui-ci océan de souffrance.

...


L'enseignement qui suit est basé sur un texte de Tchagmé Rinpoché, un grand Lama qui vivait il y a quelques siècles, renommé pour avoir accompli de nombreuses retraites et donné des instructions d'ermitage. Cet enseignement traite de la façon d'aborder les émotions, en particulier les cinq poisons de base, désir-attachement, colère-aversion, ignorance-indifférence, orgueil et jalousie, qui sont le fondement de tous les autres développements émotionnels. Différentes approches des émotions sont envisagées et vont être expliquées successivement et progressivement :

1 - les abandonner : se garder d'être pris par les émotions en empêchant leur apparition.

2 - les dominer, les contrôler : ce sont les méthodes qui permettent de fermer les portes menant aux existences inférieures, au moyen d'antidotes.

3 - les transformer : reconnaître la dimension de sagesse des émotions et les transformer par la méditation sur la vacuité.

4 - reconnaître leur nature : voir dans les cinq formes d'émotions l'aspect primordial, c'est-à-dire les cinq sagesses.

5 - les amener au chemin : les utiliser pour reconnaître et réaliser le sens ultime.


...

Pour lire la suite, cliquez ici.