lundi 29 août 2016

Comment se libérer de la colère par Vénérable K. Piyatissa Thera

Afficher l'image d'origineLe but ultime du bouddhisme est un état au-delà de la mort, le nibbāna, la seule réalité. Par conséquent, celui qui aspire à cet état est censé renoncer à la poursuite du succès et des attachements éphémères du monde pour se consacrer à cette réalité. Cependant, rares sont les personnes suffisamment mûres pour travailler sur elles-mêmes et atteindre cet état dans cette vie. C’est pourquoi le Bouddha ne pousse pas au renoncement ceux qui n’ont pas la capacité spirituelle de s’engager dans une vie plus élevée.

Dans ce cas, on suit la voie du monde ordinaire qui présente deux types d’avantages : les bienfaits que l’on peut obtenir dans cette vie et ceux que l’on peut obtenir dans les vies futures, comme des étapes sur la voie spirituelle. Tout en appréciant les plaisirs de la vie, on doit toutefois considérer son corps comme un instrument servant à pratiquer la vertu pour son propre bien et pour celui d’autrui. En bref, il s’agit de mener une vie d’intégrité morale et de simplicité, et de savoir se contenter de peu. Concernant les biens matériels, le Bouddha a dit qu’il fallait être « diligent et énergique » pour les acquérir, et « attentif et économe » pour les protéger.

Cependant, même en se comportant ainsi, il n’est pas impossible que l’on soit, d’une manière ou d’une autre, perturbé ou tourmenté à cause des faits et gestes de personnes désagréables ou mauvaises. Il peut arriver que, dans une telle situation, on soit tenté d’abandonner le chemin vertueux que l’on a choisi. Pourtant, c’est dans des moments pareils qu’il faut se souvenir des enseignements qui permettent de retrouver la paix. Voici ce que nous dit le Bouddha à ce propos : « Les autres feront peut-être du mal mais moi, je ne causerai aucun mal. C’est ainsi que je m’entraîne ». Nous ne devons pas oublier que l’esprit tout entier du bouddhisme est orienté vers la pacification. Dans le climat calme et serein de l’enseignement du Bouddha, nous avons toutes les chances, toutes les possibilités, d’effacer de notre esprit haine, jalousie et violence.

Il n’y a rien d’étonnant au fait que, dans notre quotidien, il nous arrive d’être en colère contre quelqu’un à propos d’une chose ou d’une autre. Cependant, nous ne devons pas permettre à ce sentiment de demeurer en nous. Nous devons essayer de le juguler dès l’instant où il apparaît. Généralement, on dit qu’il y a huit manières de brider ou de maîtriser la colère.


Voici les 8 méthodes pour se libérer de la colère : cliquez ici.

dimanche 21 août 2016

Dimanche 4 septembre 2016 : Fête d'Ullambana à la Pagode Van Hanh

Programme
10h     : Rassemblement des fidèles
11h     : Cérémonie de la fête d'Ullambana
12h     : Cérémonie d'offrandes à la Sangha
13h30 : Enseignements bouddhistes
16h     : Cérémonie de don de nourriture aux esprits errants

lundi 15 août 2016

Signes que les Pratiques des Préliminaires Communs ont Pénétré l’Esprit par Nyala Pema Duddul

Si vous pouvez dévouez votre corps instinctivement à la pratique,
C’est le signe d’avoir pris à cœur le coté précieux des libertés et avantages.

Si vous pouvez voir l’or et la saleté dans l’équanimité et voir qu’ils sont égaux,
C’est le signe d’avoir réalisé la nature illusoire des choses transitoires.

Si vous pouvez regarder les phénomènes du samsara comme vos ennemis,
C’est le signe d’être allé au-delà de l’océan des souffrances.
Nyala Pema DuddulSi vous pouvez avoir une attention minutieuse pour vos actions et leurs effets, choisissant la vertu et abandonnant la non-vertu,
C’est le signe d’avoir trouvé le chemin immédiat qui gravit l’escalier vers la libération.

Si vous pouvez purifier la négativité, les souillures et les tendances habituelles de votre corps, parole et esprit,
C’est le signe d’avoir fermé la porte à la renaissance dans les domaines inférieurs du samsara.

Si vous pouvez garder les Trois Joyaux dans votre esprit, de façon à ce qu’ils n’en soient jamais séparés,
C’est le signe d’être attaché par la compassion du refuge suprême.

Si vous savez comment intégrer la vacuité et la compassion dans le flot de vos pensées,
C’est le signe d’avoir amené les phénomènes dans l’essence de l’éveil.

Si vous pouvez méditer sur comment tous les êtres ont été vos parents,
C’est le signe de l’apparition du soleil et de la lune du grand véhicule.

Si vous pouvez dissiper les obscurcissements de la noirceur de l’ignorance,
C’est le signe du commencement de la claire lumière dans l’espace immaculé.

Si vous pouvez emmener les deux accumulations continuellement sur le chemin,
C’est le signe d’avoir amené à maturité le résultat des kayas et des sagesses.

Si vous pouvez voir tout ce qui apparaît et existe apparaissant dans la totale pureté comme étant le lama,
C’est le signe d’avoir atteint le pinacle du yoga Dzogchen.

Si vous pouvez reconnaître l’unité des trois kayas dans la pure conscience,
C’est le signe de la transférence dans l’espace dépourvu de temps de la pureté primordiale.

Si vous pouvez reconnaître l’unité des trois kayas dans la pure conscience,
C’est le signe de la maturation du résultat, qui est Samantabhadra.

Ce bref résumé des signes montrant que les pratiques des preliminaries communs ont pénétré l’esprit
A été écrit en réponse aux questions répétées de l’assemblée de mes étudiants,
Par le vieux mendiant appelé Duddul.
Grâce à ce mérite puissent tous les êtres devenir matures et libérés !

Traduit du tibétain en anglais par Adam, et de l’anglais en français par Karma Sönam Gyaltsen
source : Fleurs du Dharma

lundi 1 août 2016

Prière d'aspiration pour protéger la Terre par Dudjom Yangsi Rinpoché

Dudjom Yangsi RinpochéHommage au maître spirituel des sages et des dieux,
À celui dont l’esprit éveillé a renoncé à l’égarement de nombreux éons auparavant,
À celui qui aime intensément les êtres vivants avec tendresse et compassion
Et qui a atteint le suprême niveau d’accomplissement par la voie directe !

Ô maître compatissant,
Vous qui avez rendu manifeste l’état naturel de tout le connaissable
Par la prime sagesse qui perçoit sans obscurcissement ni corruption
Et qui enseigne habilement l’agencement des phénomènes interdépendants,
Tournez votre esprit réalisé vers cette époque-ci !

Maintenant que les éléments matériels de ce monde et de ses habitants ont dégénéré
Du fait des mauvaises habitudes nées de la convoitise et de l’aversion liées à la prospérité mondaine,
Et à travers l’émission de différentes substances chimiques produites par l’être humain,
Le temps est venu pour vous de nous aimer davantage encore avec compassion !

En ce point de jonction où le monde et ses habitants sont près de disparaître,
Où les formes de vie, les montagnes neigeuses et les continents sont dégradés
Par l’extraction et le pillage des ressources premières,
Par les émanations polluantes de certaines technologies de la génération de l’électricité
Et par différentes maladies contagieuses qui nuisent aux êtres vivants,
C’est avec une fervente dévotion que nous adressons cette prière
Au Seigneur Né-du-lac, unique refuge de cette époque dégénérée,
À Avalokiteshvara, le plus sublime être compatissant,
À Tara, la Mère des Vainqueurs qui protège des huit types de peurs,
À l’océan des représentants des Trois Racines et aux protecteurs assermentés :
N’abjurez pas vos promesses compatissantes pour nous protéger
De la dissonance, de la dégradation et de tout
Ce qui est généré par le fait de s’engager dans les actions négatives !

Accordez-nous votre grâce afin que le monde puisse jouir glorieusement de la paix et du bonheur
Et que les êtres vivants puissent promptement et sans obstacle
Réaliser, exactement comme ils le souhaitent, toutes leurs aspirations en harmonie avec la doctrine sacrée !

Cette prière d’aspiration a été composée le 26 mars 2007 par moi-même, Sangyé Péma Shépa, celui à qui a été donné le nom de Dudjom Tulkou, en réponse à la requête insistante de Mönlam Gyatso (Dr John Stanley) un scientifique irlandais qui fut un authentique étudiant du précédent Kyabjé Dudjom Rinpoché.

Traduit de l’anglais par Jean-François Buliard (Tsering Thondup)
source : Fleurs du Dharma