lundi 30 janvier 2017

Documentaire "En Conscience" d'Anthony Chene : expériences de mort imminente, phénomènes d'expansion de conscience, ...




Depuis la nuit des temps, des individus ont vécu des expériences de mort imminente, des phénomènes d'expansion de conscience, ou encore des sorties hors du corps.
Nous sommes allés à la rencontre de quelques-unes de ces personnes qui ont accepté de témoigner : qu'ont-elles vécu ? Qu'ont-elles vu ? En quoi ces expériences étaient bien différentes de simples rêves ou d'hallucinations ?

Nous avons également interrogé des psychiatres, des psychologues en milieu hospitalier, et d'autres spécialistes pour tenter de percer la réalité de ces phénomènes.
Que disent ces expériences sur notre conscience et sur la structure de la réalité ?
Comment prendre conscience de la véritable nature de notre être ?

dimanche 8 janvier 2017

"L’attention purifie la perception" par Bhante Henopola Gunaratana



   
Quand on pense à utiliser l’attention pour purifier la perception, on peut commencer par se demander comment la perception en arrive à être déformée ou polluée. Dans certains sutta, le Bouddha a déclaré que l’avidité et l’aversion qui obscurcissent l’esprit lumineux viennent de l’extérieur. Cet enseignement implique qu’à la naissance, les pollutions ne sont pas dans l’esprit. Pourtant, selon d’autres enseignements du Bouddha, les impuretés extérieures ne pourraient pas envahir l’esprit si celui-ci ne portait pas déjà en lui des « traces de souillures ». Ce qui se passe, c’est que l’esprit qui contient des impuretés recherche des impuretés semblables à l’extérieur et obtient ce qu’il désire.

On peut se demander alors d’où viennent ces traces de souillures. Le Bouddha a expliqué que notre vie présente est le résultat direct du kamma, d’un enchaînement de causes à effets. Les actes négatifs que nous avons commis intentionnellement dans des vies passées sont la cause, et cette vie d’impermanence et de souffrance est l’effet. Si l’esprit de notre vie antérieure avait été libre de toutes souillures et de « traces de souillures », nous n’aurions pas repris naissance du tout. Nous bénéficierions, au contraire, de l’état de pureté et de paix qui est au-delà du cycle des renaissances de souffrance et que l’on appelle libération ou nibbāna.

Le nibbāna n’est pas un lieu ou une situation particulière extérieure à nous ; au contraire, il est en nous. Le nibbāna, c’est la désintégration totale de toutes les pollutions mentales. À l’instant même où notre avidité, notre aversion et notre ignorance de la réalité sont détruites, le nibbāna apparaît. La clé qui permet de venir à bout des impuretés et d’atteindre le nibbāna, c’est entraîner son esprit. Comme l’a dit le Bouddha : « De même que la pluie ne peut s’infiltrer dans un toit de chaume bien attaché, les passions ne peuvent s’infiltrer dans un esprit bien entraîné. »

Alors, comment devons-nous procéder ? Avant tout, nous devons comprendre ce que nous essayons d’accomplir et développer des capacités d’attention, tant pendant la méditation que dans la vie. Nous utilisons cette attention pour empêcher les impuretés extérieures de pénétrer dans l’esprit en surveillant soigneusement les sens. Nous l’utilisons aussi pour éviter que n’apparaissent des tendances latentes qui existent sous forme de traces dans l’esprit (comme l’avidité, l’aversion, la convoitise, la jalousie ou l’orgueil). Et si elles apparaissent, malgré ces efforts, ou qu’elles atteignent le stade où elles se manifestent par des paroles ou par des actes, nous faisons un effort d’attention supplémentaire pour les vaincre.

Ensuite, au lieu de nous inquiéter des pensées négatives que nous avons pu avoir dans le passé, nous éveillons des pensées saines comme la générosité, la patience et la bienveillance, puis nous faisons un effort délibéré pour renforcer ce type de pensées. De plus, nous utilisons l’attention pour protéger les sens contre des expériences sensorielles extérieures qui risqueraient de stimuler des tendances néfastes. Comme nous l’avons dit, l’attention est l’essence même de vipassanā, ou méditation de la vision pénétrante. Seule cette méditation peut entraîner l’esprit à observer et à se discipliner, et peut réussir à le purifier en mettant fin à toutes les pollutions mentales, y compris à leurs tendances latentes.

Prenons un exemple concret de ce processus...


Pour lire la suite, cliquez ici. 

Extrait du livre "Méditation sur la perception" de Bhante Henopola Gunaratana. Traduction de Jeanne Schut 

mercredi 4 janvier 2017

Du 14 au 15 janvier 2017 : enseignements et méditations de Guéshé Tsultrim Sangye au Cellier

La Sangha des disciples de Kabdje Gosok Rinpoché du Cellier, reçoit le moine Guéshé Tsultrim Sangye .

PROGRAMME 

Samedi 14 janvier
  • 15h à 17h Suite des commentaires sur le Lamrim - La voie progressive vers l'Eveil
  • 17h30 à 18h30 Méditation guidée 

Dimanche 15 janvier

  • 10h à 11h45 : Suite des commentaire de la "Marche vers l'Eveil" de Shantideva


LIEU ET CONTACT
  • 14 rue Notre Dame, 44850 Le Cellier. 
  • Téléphone: 06 64 81 38 87

dimanche 1 janvier 2017

Voeux 2017 : Que le discours sur l'Amour du Bouddha devienne une réalité dans notre coeur et sur Terre

Le Discours sur l'Amour

Ceux qui veulent atteindre la paix
doivent pratiquer régulièrement la droiture, l’humilité
et être capables d’employer un langage compatissant et bienveillant.

Ils savent vivre simplement et heureux.
Ils sont en paix, calmes, ont peu de désirs
et ne se laissent pas entraîner par les émotions de la majorité.

Qu’ils ne fassent rien qui soit désapprouvé par les sages.
Et voici ce qu’ils contemplent en permanence :

Que tous les êtres soient heureux et en sûreté,
et que leurs cœurs soient remplis de bonté et de liberté.
Que tous les êtres vivants soient en sécurité et en paix,
les êtres frêles ou forts, grands ou petits, visibles ou invisibles,
proches ou lointains, déjà nés ou encore à naître.

Que personne ne tue ni ne fasse de mal à autrui.
Que personne ne prenne à la légère la vie des autres
et que nul, par colère ou malveillance, ne souhaite de mal à autrui.

De même qu’une mère aime et protège son unique enfant
au risque de sa propre vie, cultivons l’Amour Bienveillant
et offrons-le à tous les êtres vivants.

Laissons notre amour infini se répandre dans le monde entier,
au-dessus, en dessous, et dans chaque direction.
Notre amour n’aura aucun obstacle,
notre cœur sera complètement libéré de toute haine et animosité.

Debout ou assis, allongés ou en marchant,
tant que nous sommes éveillés,
nous devons maintenir en nous-mêmes
la Pleine conscience de la compassion.
Ceci est la plus noble façon de vivre.

Libérés de toute perception fausse,
éliminant progressivement l’avidité et les désirs,
vivant une vie saine et réalisant la Compréhension parfaite,
les pratiquants transcenderont certainement la Naissance et la Mort.

Metta Sutta, Suttanipata


Source : http://mpcmontreal.org/?q=fr/node/121