lundi 13 mars 2017

Week-end du 18 et 19 mars 2017 : Partique de purification à la Pagode Van Hanh (+ programme 2017)



Week-end du 18 – 19/03/2017
  • Pratique de Purification selon les 8 Préceptes sous le guide du Très Vénérable Thích Thiện Huệ

Week-end du 7 – 8 – 9/04/2017
Rencontre avec l’Amicale Bouddhiste du Sangha :
  • Cérémonie de Commémoration des Grands Patriarches, des Quatre Grands Moines en Chef et des Vénérables des Deux Chambres du Conseil de la Congrégation Bouddhique Vietnamienne Unifiée.
  • Enseignements Bouddhistes donnés par les Très Vénérables Thích Thái Siê, Thích Nguyên Siêu, le Vénérable Thích Tâm Hòa, ainsi que par d’autres Vénérables de l’Amicale Bouddhiste du Sangha.

Dimanche 28/05/2017
  • Fête de Vesak à la Pagode Vạn Hạnh avec le Très Vénérable Thích Tánh Thiêt et le Vénérable Thích Hoằng Khai.

Week-end du 8-9/07/2017
  • Pratique de Purification selon les 8 Préceptes avec le Très Vénérable Thích Thiện Huệ

Du 24/07 au 3/08/2017
  • 29e Séminaire Bouddhiste en Europe à la Pagode Khánh Anh

Week-end du 25-26-27/08/2017

  • Cérémonie de parachèvement de la Construction de la Pagode Vạn Hạnh – Anniversaire des 30 ans de création de l’Association - Pagode
  • Grande Cérémonie d’Offrande aux Esprits errants
  • Spectacle Musical en célébration des 30 ans de « Vạn Hạnh, un parcours ».
  • Fête d’Ullambana – l’An 2561 Calendrier Bouddhique.

Week-end du 22-23-24/09/2017
  • Pratique de Purification selon les 8 Préceptes avec le Vénérable Thích Hoằng Khai 

Week-end du 27-28-29/10/2017
  • Pratique de la Terre Pure, récitation du nom du Bouddha – Offrande de fleurs et de lumières avec le Vénérable Thích Hạnh Giới

Week-end du 24-25-26/11/2017
  • Pratique de Purification selon les 8 Préceptes avec le Très Vénérable Thích Như Điển

Week-end du 15-16-17/12/2017
  • Pratique de Purification selon les 8 Préceptes avec les Vénérables Thích Quảng Hiền et Thích Thông Trí.

"Retrouver le Respect de soi dans sa vie quotidienne" - partie 1- par Frère Fabkhi


lundi 6 mars 2017

L'expérience de non-dualité qui a changé la vie et la pensée du philosophe André Comte-Sponville

Description de cette image, également commentée ci-après« Je ne suis pas du tout un mystique. Je suis plus doué pour la pensée que pour la vie, et plus doué pour la pensée conceptuelle que pour l'expérience spirituelle. Mais j'ai eu au moins quelques moments de simplicité ; en vérité, extrêmement rares. Cependant, la première expérience était assez forte et assez nette pour qu'au fond toute ma vie en soit définitivement changée. Toute ma vie et toute ma pensée.

Je devais avoir vingt-cinq ans. Je me promenais avec des amis, la nuit, dans une forêt. Nous étions quatre ou cinq. Plus personne ne parlait. Tout à coup voilà une expérience que je n'avais jamais vécue.

C'était quoi cette expérience ? C'était un certain nombre de mise entre parenthèses.

Mise entre parenthèses du temps ; c'est ce que j'appelle l'éternité. Tout à coup il n'y avait plus le passé, le présent, l'avenir. Il n'y avait plus que le présent. Là où il n'y a plus que le présent ce n'est plus du temps, c'est l'éternité.

Mise entre parenthèses du manque. Tout d'un coup, et sans doute pour la première fois de ma vie, plus rien ne manquait. Mise entre parenthèses du manque ; c'est ce que j'appelle la plénitude.

Mise entre parenthèses du langage, de la raison, du logos ; c'est ce que j'ai appelé le silence. Pour la première fois peut-être de ma vie, je n'étais pas séparé du réel par des mots. J'étais de plein pied dans le réel.

Mise entre parenthèses de la dualité. A la fois de la dualité entre moi et tout le reste ; c'est ce que j'appelle l'unité. J'étais un avec , un avec tout.

Mise entre parenthèses aussi de la dualité entre moi et moi, entre la conscience et l'ego. Je n'étais qu'une pure conscience sans ego ; c'est ce que j'appelle la simplicité.

Mise entre parenthèses de l'espérance et de la peur. Bien sûr, puisque j'étais dans le pur présent. Pour la première fois de ma vie peut-être, et pour l'une des dernières, je n'avais peur de rien. Ca, c'est une expérience très étonnante. Tout à coup, vous n'avez peur de rien ! C'est ce que j'appelle, c'est ce qu'on appelle la sérénité.

Une mise entre parenthèses du combat. Tout à coup je n'avais pas à me battre. C'est ce que j'appelle la paix.

Enfin, mise entre parenthèses, et c'était le plus étonnant, de tout jugement de valeur ; et c'est ce que j'ai mis plusieurs années à appeler l'absolu.

Naturellement, tous ces mots trahissent l'expérience, parce qu'elle était par définition, intégralement silencieuse. »

Extrait du livre de Jacques Casterman : "Comment peut-on être zen ?"